Tel. +33 4 96 11 67 60  
Projets & Services ANIMA
 
 

Paroles de partenaires

 

APII Tunisie

 

L'Agence de Promotion de l'Industrie et de l'Innovation évoque ses activités et sa vision du projet EDILE.

 

L'Agence de Promotion de l'Industrie et de l'Innovation est un organisme public chargé du développement du secteur industriel en Tunisie. L'API offre un réseau de prestations aux entreprises permettant la diffusion d'études de positionnement stratégique par branche et par secteur, des procédures simplifiées, des avantages financiers, un accompagnement personnalisé et un appui en matière d'innovation et du développement technologique ainsi qu'une plateforme de partenariat favorisant l'internationalisation des entreprises.
Ayant comme principale mission, l'évaluation des projets d'investissement sollicitant des incitations financières publiques notamment celles accordées au titre de l'encouragement du développement régional, l'API s'est engagée dans l'initiative du projet EDILE, qui vise à développer un outil d'évaluation permettant d'optimiser les retombées locales des projets d'investissement. Faisant partie d'un consortium de partenaires euro-méditerranéens, l'API se charge de la mise en œuvre des activités du projet en Tunisie.
La vision future pour le projet serait de doter les différents organismes publics et privés d'appui à l'investissement d'un outil d'évaluation innovant permettant une meilleure sélection des projets et une optimisation des dispositifs et des mécanismes d'aide à l'investissement. L'outil permettra également aux entreprises d'optimiser la performance économique, sociale, environnementale et communautaire de leurs projets d'investissement pour une meilleure insertion dans leur territoire.

 

 

---------------------------------------------------------------------------

 

 

CCIA-BML Liban

 

Shaden Beydoun, chef de projet EDILE au sein de la chambre de commerce d'industrie, et d'agriculture de Beyrouht-Mont-Liban 

 

L'initiative EDILE s'inscrit dans une démarche permettant l'appui institutionnel et le renforcement des capacités des organisations économiques et autorités impliquées dans l'état des lieux, l'évaluation et le monitoring des projets d'investissement. Après une évaluation minutieuse du cadre de l'investissement au Liban, cinq projets pilotes ont été sélectionnés comme études de cas évalués, sur des critères définis portant sur le statut financier de l'investisseur, et surtout sur son impact environnemental, économique et social.
En collaboration avec les experts des partenaires EDILE, ANIMA, iesMed et ClassM, nous avons construit un outil d'évaluation basé sur une collaboration active avec deux des projets pilotes. Le processus suit son cours et s'affine progressivement grâce notamment à l'apport considérable des trois jours du séminaire d'échange régional qui a eu lieu le 28 janvier 2015 à Beyrouth. Nous croyons en la vision d'EDILE et espérons qu'à la fin de cette initiative un référentiel sera assez solide pour tout d'abord encourager les entrepreneurs à investir leur capital de façon à stimuler la croissance et le développement dans leur territoire et en parallèle à assister les autorités afin d'aborder les investissements avec le but de maximiser leurs impacts locaux positifs.

 

 

---------------------------------------------------------------------------

 

 

AFD

 

Dominique Rojat, coordonnateur des programmes AFD au CMI Center for Mediterranean Integration, Agence française de développement (AFD), partenaire associé du projet

 

Quelle est la pertinence du projet EDILE aux yeux de l'AFD ?

Le développement équilibré des territoires est essentiel pour tous les pays méditerranéens et il est au cœur de la stratégie régionale de l'AFD.  Les efforts du projet EDILE pour évaluer les impacts des investissements sur le développement local et progresser vers la labellisation environnementale et sociale des projets, source d'inclusion et de durabilité, sont particulièrement bienvenus.

Quel est le rôle de l'AFD en tant que partenaire associé du projet EDILE ?

L'AFD suit attentivement les activités du projet EDILE et y a contribué par un apport de connaissances et de méthodes. Elle sera intéressée à connaître les résultats des évaluations de projets conduites par EDILE et à participer aux actions de renforcement  de capacités qui sont prévues.

Quelle est votre vision pour la suite du projet EDILE ?

Le projet EDILE a mobilisé une communauté de travail et renforcé des réseaux qui devraient pouvoir continuer à échanger des connaissances et des bonnes pratiques, et faire naître des opportunités de collaboration ou d'affaires. L'AFD sera intéressée à approfondir ses relations avec les partenaires d'EDILE dans les pays méditerranéens afin d'améliorer la qualité et faciliter la mise en œuvre de ses projets d'appui au secteur privé (mise à niveau des entreprises, lignes de crédit aux PME via les banques locales) et poursuivre les échanges sur les critères d'efficacité des projets et la labellisation

 

 

 

---------------------------------------------------------------------------

 

 

BEI

 

Philippe de Fontaine Vive, ancien Vice-président de la BEI : La banque européenne d'investissement (BEI) à la recherche d'un référentiel pratique

 

« Nous sommes équipés pour les grands projets, mais nous cherchons de plus en plus à financer également des dossiers de taille modeste. Cela nous pose un problème car ces derniers ne sont pas toujours bien présentés. Passés au crible de la grille d'évaluation d'EDILE, ils deviendraient tout de suite beaucoup plus complets. Ce premier référentiel est impressionnant. Il faut maintenant arriver à quelque chose de plus digeste pour les opérateurs. La BEI a également besoin de repérer les acteurs de la société civile et autres ONG, pour réussir à évaluer le degré d'acceptation des projets par les populations locales. Le référentiel EDILE pourrait peut-être nous aider sur ce point. Il peut également apporter beaucoup dans l'identification des bénéficiaires réels des opérations évaluées, en quantifiant les retombées en matière d'emplois, de salaires, de sous-traitance, de pollution... Enfin, je pense que votre outil pourrait à terme devenir un label, un brevet de bonne conduite en matière de développement durable. En jouant un rôle de filtre, il réduirait ensuite les délais de traitement des dossiers par les financeurs et par les collectivités ».